1220-2020
La cathédrale Notre-Dame d’Amiens célèbre ses 800 ans

Depuis 800 ans, la cathédrale Notre-Dame veille sur la capitale historique de la Picardie. Difficile de ne pas la voir surgir dans le paysage urbain de quelque direction que l’on arrive à Amiens, accompagnée par le beffroi et la tour d’Auguste Perret. À l’occasion de l’anniversaire de la pose de sa première pierre, l’année 2020 est marquée par de nombreux événements célébrant cet octocentenaire.

Il y a 800 ans, un jour de 1220, l’évêque Évrard de Fouilloy décide de reconstruire la cathédrale d’Amiens, détruite précédemment par un incendie, et d’en confier la réalisation à Robert de Luzarches. S’ils disparaissent peu après, les deux hommes lancent un chantier qui voit s’élever dans le ciel amiénois, en moins de 70 ans, l’une des œuvres les plus achevées du style gothique du XIIIe siècle.

Admirée dès le XIXe siècle, considérée comme un chef-d’œuvre de l’art gothique, Notre-Dame d’Amiens est la plus vaste cathédrale française, avec un volume intérieur de près de 200 000 m3, soit le double de celui de Notre-Dame de Paris. Elle est également la plus haute sous nef, avec une hauteur sous voûte de 42,30 m.

L'emblème d'Amiens

Depuis huit siècles, Notre-Dame vit au rythme de la ville qui s’étend à ses pieds. Elle a accueilli des moments d’allégresses, tel le mariage de Charles VI et d’Isabeau de Bavière, en 1385 ; les célébrations lors de la reprise de la ville aux Espagnols par Henri IV, en 1597 ; ou encore lors de la libération d’Amiens en 1944. Elle a également traversé les vicissitudes de l’Histoire, particulièrement lors des deux conflits mondiaux, dont elle sort quasiment intacte à chaque fois, au milieu des ruines de sa ville.

Classée au titre des Monuments historiques depuis 1862, Notre-Dame est également un trésor de l’Humanité, à deux titres. Depuis 1981, elle est inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco, en tant que chef d’oeuvre et source d’influence pour le développement de l’architecture gothique. Elle l’est à nouveau en 1998, cette fois comme l’une des 78 composantes du bien « Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France ».