numérique

Numérisation du Trésor de la cathédrale d'Amiens

Réalisation d'une exposition virtuelle basée sur la numérisation 2D et 3D du trésor de la Cathédrale dans le but de proposer une visite virtuelle sur un site internet interactif et multilingue dédié et visant à permettre l'accès au trésor afin de préparer une visite et/ou de permettre la découverte de celui-ci.

Le trésor actuel de la cathédrale d'Amiens est riche de plusieurs œuvres majeures sur les plans historiques et artistiques. Il ne reflète pourtant que très partiellement la splendeur qui fut la sienne sous l'Ancien régime. Si la quasi-totalité des objets d'alors a disparu, ils nous sont connus par plusieurs inventaires anciens toujours conservés, qui permettent de comprendre la constitution et la gestion de ce qui constituait également une réserve monétaire.

À partir de 1206, le trésor s'organise autour de la relique du chef de saint Jean Baptiste, ramenée de Constantinople à la suite de la Quatrième Croisade par Wallon de Sarton, chanoine de Picquigny. L'arrivée de cette relique va générer de nombreux dons de pèlerins, l'une des sources de revenus permettant l'accroissement du trésor.

La Révolution française va entraîner une grande perte parmi les richesses décrites dans les inventaires anciens. Si les reliques les plus précieuses sont cachées par les fidèles, seuls quelques petits reliquaires sans grande valeur monétaire échappent à la fonte. C'est au début du XIXe siècle que l'enrichissement du trésor reprend et que se constitue la collection que nous connaissons aujourd'hui, grâce à des legs des chanoines et des évêques ou par des achats.

Parmi les dons les plus notables, celui du duc de Norfolk, qui fait cadeau vers 1850 d'un ciboire et d'une grand châsse mosane du XIIIe siècle pour contenir les reliques de saint Firmin. Mais également, en 1856, celui des demoiselles d'Ainval de Brache, qui font don de la couronne, de la croix et du vase reliquaire, trois magnifiques objets d'art médiévaux jusqu'alors conservés à l'abbaye du Paraclet, et dont leur grand-tante était la dernière abbesse.

Ces œuvres deviennent dès lors les pièces emblématiques de la collection, prêtées régulièrement, objets de nombreux articles et publications, apportant au trésor d'Amiens une notoriété nouvelle. La loi de 1913 va accélérer l'étoffement du trésor en permettant aux communes d'y déposer leurs objets précieux.

Placé dans la "petite sacristie" édifiée par Eugène Viollet-le-Duc, et toujours présent de nos jours, le trésor va connaître plusieurs aménagements au cours du XXe siècle, visant notamment à assurer la protection de cette précieuse collection. Un coffre-fort contenant une vitrine est notamment installé en 1929. depuis 2009, après une interruption d'une quinzaine d'années, le trésor est de nouveau ouvert au public sur visite guidée. La numérisation du corpus de 107 pièces en 2D, dont 9 d'entre elles, parmi les plus représentatives, sous forme 3D interactive, devrait permettre un accès plus large de cette fabuleuse collection.

Tags associés : numérique
Lieu :
Cathédrale Notre Dame d'Amiens
Horaires :
Le 18/09/2020
Organisé par :
DRAC Hauts-de-France
Tarif :
Gratuit
En savoir + sur le site de l'organisateur